top of page

ROIS DU SILENCE

 

Quand Terra Quinta rencontre Silence Expérience guidé par les merveilleux Jeanne et Jonathan,


Ah, les citadins ! Connus pour leur amour indéfectible des terrasses animées, du bistrot du coin, et bien sûr, de leurs écrans omniprésents. Mais lorsqu'une troupe de citadins accros à l'agitation quotidienne et aux notifications incessantes décide de tenter l'expérience d'une retraite en silence à Terra Quinta, attendez-vous à une comédie des plus divertissantes.

Imaginez le tableau : un cadre enchanteur au cœur de la nature, où le seul son audible est celui des feuilles murmurant au vent et des oiseaux qui gazouillent. Cinq jours de déconnexion totale, sans un mot, sans tweets, sans selfies. Pour ces citadins, c'est un tout nouveau monde, un spectacle sans filtres ni emoji. Heureusement, Jeanne et Jonathan sont là pour guider avec bienveillance leur pas vers le silence.


Dès leur arrivée, l'agitation est palpable. Se séparer de leurs smartphones est une épreuve digne d'Hercule. Certains semblent presque physiquement affectés par l'absence de vibration ou de lumière bleue. Cependant, au fur et à mesure que le silence s'installe, une métamorphose s'opère. Les regards, d'abord désorientés, deviennent plus profonds, explorant non plus des écrans mais l'immensité de la nature - et la profondeur de leur être intérieur.


Le premier jour, c'est la confusion. Certains chuchotent à l'oreille de leurs voisins, comme si le silence était une zone à faible couverture réseau qu'ils tentaient désespérément de contourner. Les premiers éclats de rire émergent lorsque, lors d'une méditation, un ventripotent homme d'affaires s'endort et commence à ronfler, brisant le silence avec une mélodie plutôt inattendue.

Le deuxième jour, les participants commencent à apprivoiser le silence. Les yeux se ferment moins souvent pour échapper au regard des autres et plus fréquemment pour plonger en eux-mêmes. Les premières révélations se font entendre, non pas par des mots, mais par des larmes de libération et des sourires de reconnaissance.


Vers le troisième jour, on observe des promenades solitaires où chacun se perd pour mieux se retrouver. Certains, jadis enchaînés à leurs écrans, redécouvrent les plaisirs simples comme le chant d'un oiseau ou le frémissement de l'eau dans un ruisseau.


Le quatrième jour, un calme presque palpable s'installe. Les visages sont moins crispés, les épaules moins voûtées. C'est comme si le silence avait opéré une sorte de magie, écartant les masques et les jeux de paraître, révélant une simplicité nue, dénuée d'artifice.


Le dernier jour, les adieux se font en hochant la tête, en souriant, en échangeant des regards chargés d’une compréhension nouvelle et profonde. Ils partent, non pas comme ils sont venus, mais transformés, pacifiés, certains que le silence n'est pas un vide mais un espace rempli de réponses.


Bienvenue au paradis du roi du silence à Terra Quinta, où le bruit intérieur conduit au calme le plus serein et la clairvoyance la plus lumineuse. Adieu, masques et paraître. Bienvenue à la simplicité, où l'authenticité règne en maître. Merci à Jeanne et Jonathan pour leur guidance douce et précieuse dans ce monde sans bruit.



4 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page